Rechercher

Journal Hebdomadaire CPME78 - du 14 au 20 mai



  • 7 Français sur 10 ne feraient pas confiance à l’exécutif pour augmenter leur pouvoir d’achat

  • L’épargne des Français s’élevait à 166 Md€ fin 2021, 55 Md€ de plus qu’avant la pandémie

  • Le Medef souhaite une baisse de 35 Md€ des impôts de production pour décarboner l’économie

  • Renault cède pour un rouble symbolique les 68 % dans la maison-mère de Lada

  • Les touristes étrangers ont dépensé 2,7 Md€ en France en février, contre 1,2 Md€ en février 2021

  • Le taux d’occupation des hôtels était de 79 % dans la capitale pendant les vacances de Pâques

  • L’UE et les Etats-Unis s’organisent pour garantir la disponibilité des semi-conducteurs

  • La production industrielle chinoise a reculé de 2,9 % sur un an en avril

  • Boris Johnson veut supprimer 20 % des postes de fonctionnaires, soit 91 000 postes




7 Français sur 10 ne feraient pas confiance à l’exécutif pour augmenter leur pouvoir d’achat – 30 % ne lui font pas du tout confiance selon un sondage OpinionWay-Square. 80 % sont préoccupés par l’évolution de leur pouvoir d’achat, alors que seulement 3 % des interrogés ne s’en préoccupent pas du tout.


Les Français sont plus de trois quarts à voir une évolution négative des économies française (77 %), européenne (78 %) et mondiale (80 %). Ils sont pessimistes sur la situation des prix de l’énergie (91 %), des produits alimentaires (90 %) et des prix du logement (81 %).


En ce qui concerne les réformes prises par l’exécutif, ils sont 54 % à être en faveur de l’indemnité carburant de 100€ et 44 % pour la remise de 18 centimes sur le carburant. 70 % sont favorables à la revalorisation des retraites en fonction de l’inflation et 60 % pour les minima sociaux.

L’épargne des Français s’élevait à 166 Md€ fin 2021, 55 Md€ de plus qu’avant la pandémie


L’effort d’épargne serait à nouveau à la hausse au 1er trimestre 2022, après la réduction de cet effort au 4ème trimestre 2021, consécutif à la levée des restrictions sanitaires et des fêtes de fin d’année qui ont entrainé une hausse de la consommation.


L’épargne supplémentaire constituée lors de la pandémie concernerait uniquement les ménages les plus aisés, les plus modestes auraient déjà utilisé la quasi-totalité de leur épargne pour faire face aux dépenses contraintes.


Bien que l’inflation pourrait dépasser les 5 % en mai ou juin, l’INSEE anticipe que les Français continueraient à renforcer leur épargne de précaution.




Renault cède pour un rouble symbolique les 68 % dans la maison-mère de Lada – Le constructeur français a annoncé son départ, indiquant que les parts du groupe dans AvtoVAZ (maison-mère de Lada) seront cédées à l’organisme étatique russe chargé d’homologuer les nouveaux véhicules, le NAMI.


Renault va également céder son usine à la ville de Moscou.

L’objectif du gouvernement russe sera de porter la production des usines à 50 % de leur niveau maximal au second semestre, avec une qualité de production bien moindre selon Renault.


Ce départ représentera une charge d’ajustement bilantiel de 2,2 Md€ pour Renault. Le marché russe est le premier marché étranger pour Renault puisque le groupe vend 482 000 véhicules en Russie, pour une part de marché locale de 29 %.




Les touristes étrangers ont dépensé 2,7 Md€ en France en février, contre 1,2 Md€ en février 2021 – La baisse par rapport à février 2019 n’est que de 8 %, et la France serait la 1ère destination en Europe pour les Américains, les Belges, les Italiens et les Espagnols.


L’excédent « services de voyage » mêlant tourisme de loisir et d’affaires que la banque de France mesure est en forte progression, à 7,6 Md€ sur un an en mars (3 Md€ en juin 2021). Deux phénomènes créent toutefois de l’inquiétude chez les professionnels du tourisme, l’inflation qui les incite à augmenter leurs prix ainsi que les difficultés de recrutement.

Le taux d’occupation des hôtels était de 79 % dans la capitale pendant les vacances de Pâques

Ce chiffre représente simplement 5 points de moins que lors de la même période en 2019, les touristes européens et américains (Etats-Unis, Mexique, Brésil) seraient revenus.


En revanche les touristes chinois sont absents, ce qui handicape certains grands magasins et les hôtels de luxe.

Symbole de la reprise, la tour Eiffel pourrait retrouver 90 % de ses visiteurs d’ici la fin de l’année.




L’UE et les Etats-Unis s’organisent pour garantir la disponibilité des semi-conducteurs


Cette rencontre avait pour objectif d’accorder la stratégie euro-américaine sur les mesures de contrôle aux exportations mises en place dans le cadre des sanctions envers la Russie, mais également d’échanger sur la solidité des chaînes d’approvisionnement mondiales.


Les deux entités sont convenues de créer un système d'alerte précoce et de surveillance pour les chaînes de valeur des semi-conducteurs. L’UE et les Etats-Unis souhaitent notamment favoriser l'élaboration de normes techniques harmonisées et interopérables dans des domaines d'intérêt stratégique (IA, internet des objets…).

La production industrielle chinoise a reculé de 2,9 % sur un an en avril – Conséquence directe des mesures anti-Covid du gouvernement chinois, les ventes de détail ont baissé de 11,1 % sur un an en avril. Le chômage, à 6,1 %, est proche de son record de février 2020 (6,2 %). Il était passé sous les 5 % à l’automne dernier.


L’OCDE estime que le PIB de la Chine pourrait diminuer au second trimestre. Cette baisse du PIB pourrait entraîner des conséquences sur l’ensemble de l’économie mondiale, la Chine exportant de nombreux biens.


L’Allemagne, important producteur industriel (100 Md€ d’exportations de biens vers la Chine pour 142 Md€ d’importations) pourrait être particulièrement impacté.

Le PIB chinois devrait augmenter de 4,4 % en 2022 (FMI), contre une prévision initiale de 5,5 % d’augmentation, dans un contexte d’élections nationales chinoises cette année.

Boris Johnson veut supprimer 20 % des postes de fonctionnaires, soit 91 000 postes


Ce plan pourrait permettre d’économiser 3,5 Md£ par an.


Cette réduction constitue selon le 1er Ministre un retour à la normal, de nombreux recrutements ayant été effectués pendant le Covid et pour mettre en place le nouveau cadre réglementaire lié au Brexit.


Le gouvernement ne remplacera pas les fonctionnaires qui partent à la retraite (38 000 par an environ) pendant 3 ans.