Rechercher

Journal Hebdomadaire CPME78 - du 21 au 27 mai



1 - L’OFCE revoit ses prévisions de croissance, à 2,7 % en 2022, contre 4,2 % en octobre dernier


2 - Air France-KLM souhaite lever 2,3 Md€


3 - Le gouvernement espagnol veut investir 12 Md€ sur le marché des semi-conducteurs d’ici 2027


4 - La fraude aux PGE destinés aux PME est estimée à 4,9 Md£ au Royaume-Uni


5 - Les Allemands pourront voyager mensuellement pour 9€ cet été dans les trains régionaux


6 - La Chine ne produit plus que 47 % des importations des acheteurs américains et européens


7 - La production de biens et services ne devraient pas connaître la récession en Europe


Économie & Statistiques


1 - L’OFCE revoit ses prévisions de croissance, à 2,7 % en 2022, contre 4,2 % en octobre dernier

Après un premier trimestre de stagnation du PIB, la croissance s’établirait à 0,2 % au deuxième trimestre, puis à 0,3 % aux troisième et quatrième trimestres 2022. À la fin de l’année 2022, la croissance du PIB de la France, en glissement annuel, serait de 0,7 %, avec un acquis pour l’année 2023 de seulement 0,4 %. L’Observatoire note que les différents chocs prévus pour 2022 devraient avoir un impact négatif de 2,3 % sur le PIB cette année. Ces différents chocs sont : Omicron (-0,1 % de PIB), les remontées des taux (-0,1 % de PIB), les ruptures des chaînes d’approvisionnement (-0,4 % de PIB), les tensions géopolitiques (-0,5 %), l’augmentation des prix de l’énergie (-1,3 point de PIB). Cependant, les différentes mesures gouvernementales (plan de résilience, bouclier énergétique, futur projet de loi pouvoir d’achat) pourraient permettre de limiter l’impact sur la croissance à 0,8 %.


Entreprises


2 - Air France-KLM souhaite lever 2,3 Md€

L’entreprise franco-néerlandaise a décidé de mener cette opération pour renforcer ses fonds propres, réduire son endettement et rembourser l’aide de l’Etat français d’avril 2021 (1,7 Md€ d’aides). Des contraintes avaient été imposées par la Commission européenne en contrepartie de cette aide, et notamment l’interdiction de prendre plus de 10 % du capital d’une entreprise du secteur si 75 % de ces aides n’avaient pas été remboursées. Pour réaliser cette levée de fonds, 1,9 millions de nouvelles actions seront émises. Les principaux acteurs (Etat français, Etat néerlandais) souhaitent conserver leur participation au niveau actuel (28,6 % pour la France et 9,3 % pour les Pays-Bas). Seul gros changement attendu, le groupe de transport et logistique CMA CGM souhaite entrer au capital de la multinationale, en souscrivant pour 400 M€ de nouvelles actions.



International


3 - Le gouvernement espagnol veut investir 12 Md€ sur le marché des semi-conducteurs d’ici 2027

Ce plan est le plus important des 11 projets stratégiques décidés par Madrid dans le cadre du plan de relance. Ce projet s’inscrit dans le cadre espagnol, puisque le gouvernement souhaite réindustrialiser son pays (renforcement de l’autonomie de l’industrie automobile notamment), mais aussi dans un cadre européen. Pour lutter contre les ruptures dans les chaînes d’approvisionnement et pour prendre un nouveau tournant technologique, la Commission souhaite atteindre 20 % de la part mondiale de la fabrication de puces en 2030 (actuellement 10 %). Le Premier ministre espagnol a profité du sommet économique de Davos pour rencontrer les grands acteurs du secteur (Intel, Micron, Cisco, Qualcomm).

4 - La fraude aux PGE destinés aux PME est estimée à 4,9 Md£ au Royaume-Uni

Les prêts en cause sont les « bounce back loans », des prêts rebonds garantis 100 % par l’Etat accordés aux PME qui ne pouvaient pas avoir accès aux autres aides. Les démarches pour avoir accès à ces prêts étaient simplifiées : auto-certification par les entreprises des détails du dossier, et aides accordées en 48 heures. Le rapport parlementaire du 27 avril 2022 estime qu’1,5 millions de ces prêts ont été accordés, pour un montant total de 47 Md£ entre avril 2020 et mars 2021, alors que 26 M£ avaient été fléchés. Détail important, 20 % d’entreprises supplémentaires ont été créées entre 2020 et 2021 par rapport à la moyenne des 5 années précédant la pandémie. Un fort nombre d’entre elles auraient pu être créées uniquement pour toucher ces aides. Les aides auraient également été utilisées en partie pour financer le marché noir (crime, drogue, terrorisme).

5 - Les Allemands pourront voyager mensuellement pour 9€ cet été dans les trains régionaux

Le Bundesrat, l’Assemblée des régions allemande, a voté une aide de 2,5 Md€ pour les collectivités locales et régionales pour compenser le coût de cette aide. Cette aide sera financée par l’Etat fédéral. L’Etat couvrira par ailleurs les pertes des réseaux régionaux dans le cadre de la pandémie. Les Allemands pourront bénéficier de cette offre pour les mois de juin, juillet et août. Cette offre a lieu dans un pays où moins de 6 % des Allemands utilisent le train pour partir en vacances dans leur pays. Outre le côté écologique, cette mesure permettra de lutter contre l’inflation des prix à la pompe et de limiter les importations de pétrole russe.

6 - La Chine ne produit plus que 47 % des importations des acheteurs américains et européens

Ces chiffres pour le premier trimestre 2022 du baromètre Qima sont en baisse de 14 points par rapport à 2019. Des pays comme l’Inde (de 6 % à 10 % des importations) et le Bangladesh (de 5 % à 8 % des importations) profitent de cette situation pour récupérer une partie importante des exportations chinoises. Cette situation est en partie due aux perturbations en Chine du fait du confinement à Shanghai, premier port mondial, qui a lieu depuis 8 semaines. Ainsi, le transport d’un article chinois vers les magasins européens dure en temps normal environ 50 jours. Aujourd’hui, avec les turbulences actuelles, ce trajet est passé à 70 jours. La seconde raison est la volonté des acheteurs de rapprocher les lieux de production des lieux de consommation. Cependant, une augmentation des exportations chinoises devrait avoir lieu dans les prochains mois, en partie du fait de la dévaluation du yuan.

7 - La production de biens et services ne devraient pas connaître la récession en Europe

L’indice des directeurs d’achat (PMI) est à 54,9 en mai pour les biens et services en mai dans la zone euro, contre 55,8 en avril. A noter qu’un chiffre supérieur à 50 signifie une progression de l’activité. Dans le détail, c’est l’indice de l’industrie manufacturière qui est moins élevé (54,5) que celui des services (56,3). Le volume global des nouvelles commandes reçues par les fabricants de la zone euro est au plus bas depuis juin 2020. Dans les services en revanche le secteur a connu sa deuxième plus forte progression des 8 derniers mois après celle du mois dernier (57,7). En France, l’indice PMI est à 57,1, dont 58,5 pour les services. L’économiste en chef de S&P Global Chris Williamson estime que la croissance du PIB au deuxième trimestre 2022 devrait être de 0,6 %.