Rechercher

Journal Hebdomadaire CPME78 - du 4 au 10 Juin



1 - La CPME recommande de déplafonner la défiscalisation des heures supplémentaires


2 - Le pouvoir d’achat pourrait diminuer de 0,8 % cette année, sa plus forte baisse depuis 10 ans


3 - 78 700 emplois salariés auraient été créés au premier trimestre


4 - Seulement 5 femmes dirigent des entreprises du CAC 40


5 - La croissance des pays développés s’établirait à 2,6 % en 2022 selon la Banque mondiale


6 - Les investissements directs étrangers augmentent de 68 % en 2021 à 1 580 Md$


7 - La Commission européenne souhaite une borne électrique tous les 60 kilomètres d’ici 2030



Politiques économique


1 - La CPME recommande de déplafonner la défiscalisation des heures supplémentaires

La CPME propose un « pack pouvoir d’achat » pour lutter contre l’inflation qui inclut la modification des mécanismes de participation, en simplifiant le mode de calcul pour les entreprises de moins de 50 salariés et en ajoutant des critères individuels aux critères collectifs du dispositif d’intéressement. Concernant la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA), la CPME propose que les entreprises puissent avoir recours à ce dispositif plusieurs fois au cours de l’année et que la déduction d’impôt concernant les frais kilométriques se transforme en crédit d’impôt.



Économie & Statistiques


2 - Le pouvoir d’achat pourrait diminuer de 0,8 % cette année, sa plus forte baisse depuis 10 ans

Selon l’analyse de l’OFCE, cette baisse de pouvoir d’achat est causée par une inflation qui devrait atteindre 4,9 % en moyenne sur l’année, dont + 22 % pour les produits énergétiques. Cette forte inflation a handicapé la consommation des ménages sur le premier trimestre 2022 (- 1 ,5 %). Le taux de croissance pour 2022 devrait se situer autour de 2,4 %. Dans ce contexte, le taux de chômage se stabiliserait à 7,3 % en 2022. Le déficit public continuerait à s’alourdir, à 5,6 % en 2022 contre 5 % prévu initialement.

3 - 78 700 emplois salariés auraient été créés au premier trimestre

L’estimation définitive de l’Insee note une progression de 0,3 % des emplois salariés entre fin décembre 2021 et fin mars 2022. Le secteur privé a permis la majorité des créations de postes (+ 69 500 emplois, + 0,3 %), quand le public a connu une augmentation plus faible (+ 9 200 emplois, + 0,2 %). L’emploi salarié a progressé de 750 500 emplois (+ 2,9 %) par rapport au premier trimestre 2021. Cependant, la création d’emplois salariés devrait être plus limitée sur le reste de l’année. L’Unedic a prévu 79 000 créations de postes sur l’ensemble de l’année 2022, soit quasiment plus aucune création d’emplois d’avril à décembre. Elle indique elle 66 000 créations d’emplois salariés sur le 1er trimestre. Pour l’Unedic, les créations nettes d’emplois seraient de + 52 000 en 2023 et + 80 000 en 2024.



Entreprise


4 - Seulement 5 femmes dirigent des entreprises du CAC 40

Les DG du CAC 40 restent en majorité des hommes qui pour 47 % d’entre eux sont issus des grandes écoles françaises. 83 % des DG du CAC 40 sont directement issus de l’entreprise qu’ils dirigent. Ils sont en majorité de nationalité française, seulement 12 % des DG viennent de l’étranger. Certaines traditions évoluent, puisque près de la moitié des DG du CAC 40 ne portaient pas de cravate sur la photo institutionnelle, selon l’étude du cabinet de recrutement Segalen et Associés.



International


5 - La croissance des pays développés s’établirait à 2,6 % en 2022 selon la Banque mondiale

L’institution avait initialement prévu une augmentation de croissance de 3,8 % pour ces pays en janvier. Cette dégradation serait due à la flambée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, les perturbations d’approvisionnement créées par la guerre en Ukraine et la normalisation des taux d’intérêt. La croissance mondiale prévue pour 2022 serait de 2,9 %, alors que l’estimation de janvier était de 4,1 %. Pour 2023, la croissance mondiale prévue s’élève à 3 % (2,2 % pour les pays développés et 4,2 % pour les pays en développement). L’institution s’inquiète de la similitude avec la situation des années 70 qui pourrait plonger de nombreux pays dans la stagflation. L’OCDE revoit également ses prévisions de croissance à la baisse, à 3 % dans le monde en 2022 (contre 4,5 % initialement). En France, la croissance devrait être de 2,4 % cette année et 1,4 % l’année prochaine.

6 - Les investissements directs étrangers augmentent de 68 % en 2021 à 1 580 Md$

Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), ce sont les Etats-Unis (367 Md$) et la Chine (322 Md$) qui reçoivent près de la moitié des IDE mondiaux. La progression a été particulièrement forte pour les Etats-Unis sur un an (151 Md$ en 2019). Dans le top 20 des pays recevant le plus d’investissements, seuls figurent en Europe l’Allemagne (65 Md$), le Royaume-Uni (18 Md$), la Suède (19 Md$), la Pologne (14 Md$) et la Belgique (12 Md$). Par ailleurs, la Cnuced note l’impact négatif de la guerre en Ukraine sur la transition écologique. Les industries extractives pourraient voir augmenter leurs bénéfices (+ 22 % dans le pétrole et le gaz, + 32 % pour le charbon), tandis que les sociétés d’énergie renouvelable verraient leurs bénéfices chuter de 22 %.

7 - La Commission européenne souhaite une borne électrique tous les 60 kilomètres d’ici 2030

Les ministres des transports sont parvenus à un accord afin de déployer un réseau de bornes électriques qui couvrirait la majorité du réseau principal en 2025, puis la totalité en 2030. La Commission s’est pour cela fixée un objectif d’1 million de bornes en 2025. Le cabinet McKinsey qu’il faudrait 6,8 millions de points de recharge en 2030 pour réussir à réduire de 55 % les émissions polluantes des voitures, conformément au règlement européen. Cela supposerait l’installation de 14 000 points de recharge par semaine contre 2 000 à l’heure actuelle.