Rechercher

Journal Hebdomadaire CPME78 - du 9 au 15 Juillet



1 - La hausse du PIB devrait s’établir à 2,3 % en 2022


2 - Les intempéries en France en mai et juin 2022 vont coûter près de 4 Md€ aux assureurs


3 - En 2022, 37 000 défaillances d’entreprises sont attendues contre 52 000 prépandémie en 2019


4 - Volkswagen ouvre sa première Gigafactory et investira 20 Md€ d’ici 2030 sur les batteries


5 - La Banque de France souhaite généraliser l’euro numérique d’ici 2024


6 - La Commission européenne prévoit une croissance zone euro de 2,6 % en 2022 et 1,4 % en 2023


7 - Les compagnies d’électricité et les banques espagnoles vont payer une surtaxe de 7 Md€



1 - La hausse du PIB devrait s’établir à 2,3 % en 2022

C’est un niveau légèrement inférieur à la prévision de Bercy de 2,5 %. D’après la note de conjoncture de la Banque de France, la hausse du PIB au 2ème trimestre serait de 0,25 %. La tendance à la hausse des prix persiste. La moitié des chefs d’entreprises du secteur du bâtiment indiquent avoir procédé à des hausses, 36 % dans l’industrie et 25 % dans les services. Ces données sont inquiétantes car en règle générale, à peine 5 % des chefs d’entreprises disent qu’ils vont augmenter leur prix. L’activité se maintient à un niveau élevé, à 79 % de ses capacités de production, soit un niveau supérieur à la moyenne historique dans la plupart des secteurs. Les difficultés d’approvisionnement ont pénalisé 59 % des entreprises, avec des tensions importantes dans l’automobile et la chimie (secteurs dont les perspectives en juillet se dégradent). Les pénuries de main d’œuvre atteignent un niveau jamais atteint, à 58 % des entreprises interrogées.

2 - Les intempéries en France en mai et juin 2022 vont coûter près de 4 Md€ aux assureurs

Selon France Assureurs, les épisodes d’orages, grêle, rafales et inondations dans de nombreuses régions françaises en mai et juin ont occasionné près d’un million de sinistres. A 90 %, ce sont des dommages matériels aux particuliers sur des habitations et des véhicules. Les 10 % restant concernent les biens professionnels et les dommages aux agriculteurs, notamment dans les vignes.


3 - En 2022, 37 000 défaillances d’entreprises sont attendues contre 52 000 prépandémie en 2019

Selon Altares, le nombre de défauts sur un an, à fin juin à 34 200, est en baisse de 37 % par rapport à la même période de 2019. Toutefois, la remontée des défaillances s’accélère au 2ème trimestre 2022, 9 826 procédures collectives (soit 30.000 emplois) ont été ouvertes. Cela représente une hausse de 49 % par rapport à la même période de 2021, et concerne notamment des sociétés commerciales qui n'ont pas bénéficié du rebond espéré post-covid (commerce, restauration, services à la personne). Les tensions géopolitiques actuelles ont également un impact, les retards de paiement et les impayés repartent à la hausse en juin.

4 - Volkswagen ouvre sa première Gigafactory et investira 20 Md€ d’ici 2030 sur les batteries

Située en Allemagne à Salzgitter, cette usine pilote, inaugurée par le chancelier allemand Olaf Scholz, sera suivie de quatre autres ouvertures en Europe. Une en Espagne à côté de Valence, et une probablement en Europe centrale. La localisation des deux autres n’est pas encore décidée à ce stade. L’objectif du groupe est d’équiper à terme 3 millions de voitures par an grâce à ces Gigafactory de 40 GWh chacune, pour un total de 20 000 emplois créés. Les batteries représentent 40 % de la valeur ajoutée des voitures électriques, Volkswagen a pour objectif que 60 % de ses ventes en Europe soient des voitures électriques en 2030. A ce jour en France, il existe trois projets de gigafactory en France : Verkor (Dunkerque), ACC (Douvrin) et Envision (Douai). La course aux batteries s’intensifie partout dans le monde, le japonais Panasonic vient d’annoncer un investissement de 4 Md$ au Texas (dont 1 Md$ de subventions publiques) pour fournir des batteries à Tesla.



5 - La Banque de France souhaite généraliser l’euro numérique d’ici 2024

L’euro numérique est une monnaie dématérialisée de la banque centrale qui doit concurrencer les cryptomonnaies actuellement sur le marché. Cela s’adresse aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers et a pour vocation de faciliter les paiements. Ce projet a été lancé en 2020 par la Banque Centrale Européenne, et entre aujourd’hui dans une nouvelle phase d’expérimentation qui s’appuiera sur la technologie blockchain et une nouvelle plateforme de paiements transfrontaliers via les monnaies numériques des banques centrales. Le recours à un euro numérique géré par les banques centrales doit renforcer la stabilité monétaire en assurant la transparence des transactions et la protection des données privées.


6 - La Commission européenne prévoit une croissance zone euro de 2,6 % en 2022 et 1,4 % en 2023

La Commission a revu à largement à la baisse ses prévisions pour 2023, qui était le mois dernier encore à 2,2 %. Les principales causes de cette révision sont la guerre en Ukraine, qui met sous tension les prix de l’énergie et des denrées alimentaires, mais également le ralentissement de la croissance aux Etats-Unis, la fermeture de la Chine avec sa politique « 0 Covid » et l’accélération de l’inflation. Le niveau d’inflation pourrait toutefois retomber à 4 % en 2023 contre 7,6 % en 2022. Les pays les plus touchés sont l’Allemagne (croissance de 1,4 en 2022 et 1,3 % en 2023), très dépendante du gaz russe, et l’Italie (0,9 % en 2023).

7 - Les compagnies d’électricité et les banques espagnoles vont payer une surtaxe de 7 Md€

Cette imposition supplémentaire concernera les années 2023 et 2024, et permettra de financer une partie du dispositif anticrise et anti-inflation du gouvernement espagnol, alors que l’inflation a dépassé les 10 % sur un an en juin en Espagne. Les compagnies d’électricité, qui auraient ignoré depuis plus d’un an les appels à la responsabilité du gouvernement, sont concernées à hauteur de 4 Md€ et les institutions financières à hauteur de 3 Md€.